La littérature sans prise de tête





Emilie Seron pour Courrier international

La jeunesse d'Amsterdam se bouscule dans les clubs pour parler livres. Le mot d'ordre ? Surtout ne pas se prendre au sérieux.
Lu dans Courrier International, n° 1185, 18 juillet 2013, p. 48

Aucun commentaire:

Publier un commentaire