Chérie, j'ai guillotiné la bibliothèque

Certain que le livre imprimé vit ses derniers jours, ce journaliste allemand a décidé de lui règler son compte. Un travail net et sans bavures, joyeusement libérateur.

Lu dans : Courrier International, n°1146, 18 octobre 2012, p. 66-67

Aucun commentaire:

Publier un commentaire