Le goût assassiné




Uniformisé, industrialisé, aseptisé, le contenu de nos assiettes fait la chasse au goût depuis plus d'un demi-siècle. On consacre d'ailleurs moins de temps à la cuisine (29 % entre 1986 et 2010), on mange moins de produits frais et davantage de plats préparés...mais on passe plus de temps à table ! Le goût, oui, mais à moindre prix et au prix du moindre effort. L'industrie agroalimentaire, fille du capitalisme et de la mondialisation, n'est pas la dernière des responsables. Mais il serait bien commode de la laisser seule porter la toque. Nous devons être ou redevenir acteurs de notre alimentation. Ce dossier est fait pour cela...

Lu dans  : "Terraéco", n° 66, avril 2015, p. 38-50

Aucun commentaire:

Publier un commentaire